En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

1 Français sur 12 n’a aujourd’hui pas de médecin traitant

Selon un rapport remis lundi à la ministre de la Santé Agnès Buzyn, 8,6% des Français ne trouvent pas de médecin traitant suite aux difficultés d’accès aux soins dans les déserts médicaux. Plusieurs pistes sont à l’étude afin de trouver une solution à ce problème de santé.

medecin

Les déserts médicaux sont un vrai casse-tête pour la ministre de la Santé. Ainsi, un rapport a été remis à Agnès Buzyn lundi sur les problèmes d’accès aux soins en France « jusqu’en 2025 au moins ». Près d’un patient sur 12 de plus de 16 ans ne trouve pas de médecin traitant faute du manque de professionnels de santé dans certaines zones géographiques.

Le rapport précise que « 75 caisses primaires d’Assurance maladie (CPAM) identifient des difficultés dans ce domaine sur leur territoire ». De ce fait, les patients ont recours à « un médecin traitant fictif dans les bases de l’Assurance maladie » afin d’être mieux remboursés, c’est-à-dire des professionnels ayant cessé leur activité.

Un rôle élargi pour le pharmacien ?

Les inquiétudes des rédacteurs du rapport sont l’allongement des délais d’attente pour un rendez-vous, l’épuisement des médecins mais aussi le recours croissant aux urgences hospitalières. Ainsi, une des solutions avancée est de « remettre sur le tapis la question de la délégation de tâches avec les pharmaciens », avec la possibilité pour eux de donner les premiers traitements dans certains cas.

Cette collaboration entre les différents professionnels de santé pourrait même aller plus loin et cela dès leurs études. Le rapport préconise donc de mettre en place « quelques cours communs aux médecins, pharmaciens, infirmiers… » et de favoriser les stages dans les déserts médicaux. Par ailleurs, la télémédecine est vue une nouvelle fois comme une solution à développer dans les prochains mois.