En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Assurance maladie : les soins de ville en forte progression en janvier

Les dépenses liées aux soins de ville ont fortement augmenté en janvier 2018, de l’ordre de +4,9%. Un bond plus ou moins prononcé en fonction des types de soins.

Feuille de soins

L’Assurance maladie a publié ses statistiques pour le mois de janvier 2018. Les dépenses de soins de ville sont en forte augmentation, avec une hausse de +4,9% par rapport à janvier 2017. Dans le détail, entre janvier 2017 et janvier 2018, les remboursements des soins de généralistes ont augmenté de +7,6% et les soins de spécialistes de +5,5%.

Selon l’Assurance maladie, cette progression importante des dépenses de soins de ville ne peut pas seulement être expliquée par les épidémies qui affectent traditionnellement la santé des Français en hiver. Elle résulte également « de la mise en place de la nouvelle convention médicale à partir de mai 2017 ». Depuis cette date en effet, le tarif des consultations est passé de 23 à 25€, avec un impact logique sur les remboursements.

Des postes de santé inégaux face aux hausses

Les autres postes de dépenses ont quant à eux évolués de manière plus contrastée. Les remboursements ont ainsi augmenté :

  • De +0,9% pour les soins dentaires ;
  • De +1% pour les soins de masso-kinésithérapie ;
  • De +3,9% pour les soins d’auxiliaires médicaux ;
  • De +6,7% pour les soins infirmiers.

Ces hausses sont plus importantes que les chiffres de l’Ondam (l’Objectif national des dépenses d’assurance maladie), fixés à 2,3% pour l’année 2018. L’Assurance maladie précise toutefois que ces statistiques « ne permettent pas un suivi de la réalisation » de l’Ondam, car le périmètre des dépenses n’est pas comparable.