En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : Macron dévoile les principales orientations du plan santé

Le président Emmanuel Macron vient de dévoiler sa « réforme globale » du système de santé français, baptisée « Ma Santé 2022 ». Cette réforme s’accompagne d’un effort budgétaire de près de 3,4 milliards d’euros d’ici 2022. Au programme : fin du numerus clausus, nouveaux parcours de soin, création d’un nouveau métier…

Une lutte contre les déserts médicaux

« La structuration des soins de proximité est la priorité des priorités », affirme le chef de l’Etat. Au cœur des préoccupations : les déserts médicaux. Plus de 400 postes de médecins salariés y seront créés, la base du volontariat est pour l’instant privilégiée. C’est 1,6 milliard d’euros qui sera consacré à la « structuration des soins dans les territoires ».

complementaire-sante-pour-tous

Vers un parcours de soin « fluide et coordonné »

Un des objectifs de la réforme santé est de faire bénéficier au patient d’une « offre de santé numérique », laquelle passerait notamment par le dossier médical partagé au plan national. La digitalisation du parcours patient permettrait ainsi d’assurer un meilleur suivi médical et d’optimiser les flux d’informations entre les pôles de santé, avant, pendant et après la prise en charge hospitalière.

De plus, le statut « d’hôpital de proximité » sera créé par une loi d’ici 2019 : « On va labelliser entre 500 et 600 hôpitaux de proximité qui auront vraiment des missions dédiées à la proximité », explique Mme Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé. Elle cite notamment la « médecine polyvalente, la médecine générale, la gériatrie, les soins de suite ». Chaque hôpital devra ainsi se concentrer sur les soins sur lesquels il possède la plus grande spécialisation, trois grands niveaux ayant été pour l’instant définis : le soin de proximité, les soins spécialisés et les soins ultra-spécialisés.

A noter que l’enveloppe allouée à la qualité des soins dans les hôpitaux sera multipliée par cinq dès l’an prochain.

Un nouveau métier : l’assistant médical

Leur rôle sera d’épauler les médecins généralistes et les spécialistes dans leur cabinet, afin de faire gagner jusqu’à 20% de leur temps. « Ma Santé 2022 » en prévoit plus de 4000 pour aider les médecins et ce dès 2019.

Suppression du numerus clausus

Le concours tant redouté par les étudiants en première année de médecine va disparaître à l’horizon 2020. « Tous les étudiants inscrits en licence pourront rejoindre en 2e, 3e, 4e année le cursus de médecine » », explique Emmanuel Macron.