En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Santé : les falsifications d’ordonnances de médicaments de plus en plus fréquentes

Les falsifications d’ordonnances médicales deviennent un problème de plus en plus récurrent. L’ordonnance électronique, qui devrait être mise en place en 2022, pourrait être une solution au problème.

Ordonnance médicale

Des escroqueries de plus en plus fréquentes en pharmacie. Selon une information Le Figaro, les falsifications d’ordonnances de médicaments se sont accélérées ces dernières années. Parmi les médicaments les plus recherchés par les fraudeurs, on trouve les antidouleurs, mais aussi les médicaments à base de codéine. Mélangés avec de l’alcool, ils ont un effet euphorisant dangereux.

Les professionnels de santé, de plus en plus alertes sur le phénomène, peuvent réussir à détecter les fraudes. « Quelques questions bien ciblées montrent que l’on n’est pas du tout dans l’usage du médicament », expliquait un pharmacien au micro de France 3.

L’ordonnance électronique comme solution ?

Si elle n’est pas détectée, la fraude peut vite coûter très cher à la Sécurité sociale comme aux contribuables. En 2022, la mise en place des ordonnances électroniques pourrait pallier ce problème. Mais, cela ne fonctionnera « que si ce système existe seul et ne coexiste pas avec la possibilité de prescription papier », rappelait Nicolas Authier, directeur de l’Observatoire français des médicaments antalgiques à France 3.

Pour rappel, la falsification d’ordonnances passible de sanctions. La Sécurité sociale peut infliger une amende de 5 000€ au fraudeur. Le Code Pénal prévoit également jusqu’à 375 000€ d’amende et 5 ans d’emprisonnement. Quant à la mutuelle santé, elle est en droit de demander au fraudeur de rembourser les sommes qui lui ont été versées jusque-là, voire de résilier son contrat.