En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Doctolib enregistre un boom des téléconsultations

La plateforme de prise de rendez-vous médicaux en ligne, qui comptait 100 000 téléconsultations avant le confinement, est passée à plus de 4,5 millions en seulement six mois.

teleconsultation

Cela fait deux ans que la téléconsultation médicale est remboursée par la Sécurité Sociale. L’envol se faisait attendre. L’épidémie mondiale de coronavirus a semble-t-il totalement changé la donne, si l’on en croit les chiffres de Doctolib. La plateforme a enregistré pas moins de 4,5 millions de rendez-vous à distance en l’espace de six mois, alors qu’elle n’en comptabilisait que 100 000 avant la crise.

Pour rappel, au début du confinement, la plateforme Doctolib avait décidé de mettre à la disposition des médecins son service de téléconsultation. La plupart des professionnels de santé, pour des raisons sanitaires évidentes, proposaient des rendez-vous à distance afin de respecter les gestes barrières. La conséquence de cette collaboration a été une explosion incroyable du nombre de téléconsultations.

Quel bilan pour la télémédecine en 2020 ?
Lire l'article

50% des patients sont en Île-de-France

L’augmentation du nombre de téléconsultations aurait pu freiner avec le temps, il n’en est rien. Elle a même repris de plus belle en septembre, sans doute liée aux nouveaux cas de coronavirus déclarés. Dans un communiqué, Doctolib explique : « Au cours des dix premiers jours de septembre, 174 000 consultations vidéo ont été réalisées, correspondant à une hausse de 55% par rapport aux dix derniers jours du mois d’août. »

Ces chiffres peuvent s’expliquer également par le fait que les Français sont revenus de grandes vacances. Dans le détail, on observe que les médecins ayant le plus recours à la téléconsultation sont les généralistes (69% du total). Autre fait très important, qui détruit l’idée que la consultation à distance résout surtout le problème des déserts médicaux, est la localisation des patients : 50% d’entre eux vivent en Île-de-France et ont entre 25 et 44 ans.