En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les déserts médicaux gagnent du terrain en France

Une étude a révélé que près de 3,8 millions de Français vivaient dans un désert médical en 2018. Une augmentation inquiétante due aux départs en retraite des médecins.

hopital hospitalisation

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a récemment dévoilé une large étude sur les déserts médicaux. Le nombre de personnes vivant dans un territoire manquant de médecins généralistes a très nettement augmenté en trois ans. En 2015, près de 2,5 millions de Français habitaient dans un désert médical. Ils sont maintenant 3,8 millions !

Le service du ministère de la Santé remarque ainsi que la part de la population française touchée par les déserts médicaux passe de 3,8% à 5,7%. Selon la Drees, la raison est « la diminution globale du nombre de médecins en activité sous l’effet de nombreux départs à la retraite, que les nouvelles installations ne compensent pas ». Une conséquence directe des numerus clausus imposés depuis des années.

La télémédecine, comment ça marche ?
Lire l'article

Accentuation des inégalités territoriales

Quand on se penche sur les statistiques, on observe une réelle inégalité en fonction des régions. La sous-densité médicale frappe fortement la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe, trois territoires les plus touchés. Les Guyanais, qui connaissent une importante croissance démographique, sont plus de 44% à être concernés par le manque de professionnels de la santé.

En métropole, l’Île-de-France et le Centre-Val-de-Loire sont également des zones de prédilection pour les déserts médicaux. Pour conclure, la Drees affirme que « les inégalités s’accentuent entre les communes les moins bien dotées et celles qui le sont le plus ». En général, les territoires « les mieux dotés en médecins sont aussi les plus attractifs », et disposent des meilleurs équipements culturels, sportifs, scolaires ou encore commerciaux.