En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Déconfinement : une consultation médicale gratuite pour les personnes fragiles

Les personnes fragiles les plus à risque en cas de contraction du coronavirus peuvent bénéficier d’une consultation médicale gratuite jusqu’à fin juin. Plusieurs conditions doivent cependant être respectées.

consultation médecin généraliste

Durant le confinement, certaines personnes fragiles n’ont pas pu consulter leur médecin ou réaliser des examens médicaux. Or, comme l’a expliqué l’Assurance maladie, un suivi médical moins régulier qu’à l’ordinaire peut avoir des conséquences graves sur la santé des patients concernés. Pour cette raison, l’organisme met en place des consultations « pour les personnes reconnues à risque de développer une forme grave de Covid-19 et les personnes prises en charge pour une affection longue durée ».

Deux conditions supplémentaires sont toutefois nécessaires pour bénéficier de ces consultations dites « longues » :

  • N’avoir pas pu consulter un médecin généraliste depuis le 17 mars 2020 ;
  • Être adressé par un établissement de santé après une hospitalisation.

Prise en charge à 100%

Ces consultations auront deux objectifs principaux. D’une part, faire le point sur l’impact du confinement sur l’état de santé du patient et d’autre part, « recevoir des conseils personnalisés sur les mesures de protection à adopter vis-à-vis du Covid-19 ». L’Assurance maladie les prend en charge à 100% jusqu’au 30 juin 2020. Pour en bénéficier, il suffit de prendre contact avec son médecin.

L’Assurance Maladie rappelle que les personnes à risque de formes graves de Covid-19 sont :

  • Les femmes enceintes au 3ème trimestre de grossesse ;
  • Les personnes âgées de 65 ans et plus ;
  • Les personnes en surpoids ;
  • Les personnes ayant une maladie respiratoire chronique, cardiaque, vasculaire, rénale, du foie, de l’hypertension artérielle, du diabète, une diminution des défenses immunitaires ou encore un syndrome drépanocytaire majeur ou un antécédent de splénectomie.