En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Santé : les cabinets médicaux et les urgences désertés par crainte du virus

Par crainte de contracter le virus, les patients sont nombreux à déserter les cabinets médicaux et les urgences. Pourtant, il est important de continuer à consulter en cas de problèmes de santé, rappellent les professionnels.

hopital hospitalisation

C’est une conséquence surprenante de la pandémie de coronavirus en cours. Alors que les hôpitaux sont débordés, les services d’urgences sont en ce moment désertés par les patients. « Les services d’urgences tournent aujourd’hui à 30 ou 40% seulement », expliquait à 20 minutes Lamine Gharbi, le président de la Fédération des hôpitaux privés.

Même constat du côté des cabinets médicaux. « Ce lundi [6 avril, ndlr], j’ai eu moitié moins de consultation que d’habitude, et mes confrères font le même constat », indiquait le Dr Jacques Battistoni, médecin généraliste et président du syndicat MG France. Une raison principale explique ces désertions : la peur pour les patients de contracter le virus, d’être contaminé en se rendant en milieu médical.

Continuer à se faire soigner

Loin de se réjouir de cette baisse d’activité, les professionnels s’en inquiètent. Plus les patients attendent pour consulter en cas de blessure, de maladie ou de gêne telle qu’elle soit, plus le retard du diagnostic peut devenir grave. Quant aux malades atteints de maladies chroniques, ils doivent impérativement poursuivre leurs traitements et soins normalement.

Les médecins et professionnels de santé se veulent rassurants : que ce soit dans les cabinets ou aux urgences, toutes les précautions sont prises pour accueillir les patients non atteints par le virus dans les meilleures conditions sanitaires. « Tout est organisé dans les cabinets pour assurer la sécurité de la consultation : il n’y a pas de salle d’attente pleine, et les cas de suspicion de Covid-19 sont reçus à part », rappelait le docteur Battistoni.