En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Plus de 60% des Français jugent notre système de santé de qualité

Une étude révèle le regard que portent les Français sur leur système de santé. Si plus de 60% le jugent de qualité, la question de l’accès aux soins demeure problématique.

Pour la 4ème année consécutive, le groupe MGEN a publié une étude sur la confiance et le bien-être des Français, en partenariat avec OpinionWay et l’institut Solidaris. Parmi les thèmes abordés, celui de la santé occupe une place importante. Et le bilan est plutôt positif en ce qui concerne la qualité des soins :

  • 61,6% des sondés jugent le système français d’excellente qualité (-8 points sur 1 an) ;
  • 60,2% des sondés estiment que le système est bien adapté à leurs besoins (-5 points sur 1 an).

La perception du système de santé varie en fonction de l’âge des sondés : si 53% des moins de 40 ans le trouvent de qualité, cette proportion grimpe à 65% chez les 40-59 ans et à 68% chez les plus de 60 ans.

Par ailleurs, les Français semblent accorder leur confiance aux organismes et professionnels de santé. Ils sont 68,2% à penser que leur médecin généraliste contribue à améliorer leur vie. 49,6% estiment que la Sécurité sociale tente d’agir pour améliorer leur quotidien, et 40,7% pour les mutuelles.

L’accès aux soins demeure problématique

En revanche, l’accès aux soins suscite davantage l’inquiétude des Français. Ainsi, une large majorité juge les délais d’attente trop longs pour être admis à l’hôpital (55,4%) ou pour voir un spécialiste (67%). La question financière est également évoquée par les sondés : 18,6% d’entre eux ont déjà dû renoncer à se rendre chez un médecin généraliste par manque de budget.

Parmi les autres enseignements de l’étude MGEN, la place des médicaments dans la santé des Français : 17,9% indiquent en consommer trop. Là encore, le renoncement est une réalité : 23,4% ont dû se passer de médicaments à cause de leurs indisponibilités et 16,9% à cause du prix.