En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

La contraception pour les mineures de moins de 15 ans va devenir gratuite

Une mesure de l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2020 prévoit d’étendre la contraception gratuite, pour les jeunes filles de moins de 15 ans. Un moyen de limiter le recours aux solutions d’urgence comme l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Pilules contraceptives

Cette mesure de santé publique veut faciliter l’accès aux soins dès le plus jeune âge. Ainsi, selon l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 présenté lundi, la prise en charge intégrale des frais de contraception va voir le jour pour les mineures de moins de 15 ans dès janvier prochain.

Il s’agit ici d’étendre un dispositif mis en place en 2013 pour les jeunes filles de 15 à 17 ans. Le gouvernement souhaite ici installer « la gratuité de la contraception prescrite par un médecin ou une sage-femme et la dispense d’avance de frais sur ces soins », tout en garantissant « la confidentialité de ces actes lorsqu’elles le souhaitent ».

Diminuer le nombre d’IVG

Jusqu’ici, les mineures de moins de 15 ans devaient « supporter financièrement » les coûts des consultations médicales, des examens ainsi que des contraceptifs. Ces dépenses pouvaient notamment décourager certaines et les faire renoncer à effectuer ces soins, d’où un recours fréquent aux contraceptions d’urgence.

A l’image de l’interruption volontaire de grossesse (IVG), le texte détaille d’ailleurs que « chaque année, près de 1 000 jeunes filles de 12 à 14 ans sont enceintes en France » et « parmi ces grossesses, 770 se concluent par une IVG ». Cette gratuité viserait donc à diminuer ces chiffres, à l’image de la baisse du nombre d’IVG chez les mineures de 15 à 17 ans depuis la mise en place de la mesure en 2013.