En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : les Français pourront bientôt noter leurs hôpitaux

La notation des hôpitaux par les patients pourrait bientôt devenir une réalité. Le projet, porté par la ministre de la Santé, a pour but d’améliorer la qualité des soins dans les établissements de santé.

urgences hopital

Pour améliorer la qualité des soins dans les établissements de santé, le gouvernement propose entre autres de donner davantage la parole aux malades. « Les patients vont pouvoir noter les hôpitaux », a en effet annoncé Agnès Buzyn, ministre de la Santé, mardi 18 septembre sur BFMTV.

Ainsi, les patients pourront évaluer « leur satisfaction de l’acte qu’ils ont subi » et notamment la qualité des soins reçus. La ministre a toutefois précisé que cette note serait rendue publique progressivement, « parce qu’il faut que les professionnels sachent comment ils sont évalués pour pouvoir s’améliorer ».

Depuis 2013, la Haute Autorité de Santé (HAS) mesure déjà la satisfaction des patients, mais sans se focaliser sur l’efficacité des soins suivis. Le nombre de réponses obtenues demeure par ailleurs faible, selon BFMTV.

Améliorer les pratiques

L’évaluation de la satisfaction permettra non seulement de laisser les patients s’exprimer, mais surtout d’améliorer la qualité des soins. « L’objectif est d’avoir de l’émulation pour améliorer les pratiques », explique Agnès Buzyn. Les établissements qui obtiennent les meilleures notes pourraient être récompensés financièrement.

Si la notation ne concerne pour l’instant que les hôpitaux, le ministère de la Santé a indiqué vouloir « étendre et systématiser la mesure de la satisfaction des usagers ». Ainsi, la notation pourrait progressivement s’étendre à l’hospitalisation à domicile, aux EHPAD ou encore aux maisons de santé.