En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : bientôt trop de kinésithérapeutes en France ?

Selon une récente étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), il pourrait y avoir trop de kinésithérapeutes en France d’ici 2040. Un problème pour l’Assurance maladie quant aux remboursements des soins.

kinesitherapeute

« D’ici à 2040, les effectifs de masseurs-kinésithérapeutes augmenteraient de 57 % soit bien plus que les besoins de soins ». En effet, selon les calculs de la Drees, on comptera environ 133 000 kinés en 2040 alors que la population française n’augmentera que de 9 %. Ce chiffre serait donc bien trop élevé par rapport aux besoins de santé des Français.

Début 2016, la France comptait 85 000 kinésithérapeutes. Un chiffre déjà en hausse de 60% par rapport à l’année 2000. L’explication principale de cette augmentation repose sur le nombre d’arrivées importantes de praticiens étrangers. Ils viennent principalement de Belgique, d’Allemagne et d’Espagne.

4 milliards d’euros de remboursements en 2016

Cependant, la Drees indique que cette hausse des professionnels n’est pas forcément une mauvaise chose. « Les besoins de soins » vont s’accélérer, surtout chez les plus de 75 ans, du fait du vieillissement de la population. Ces seniors ont 5 fois plus recours aux soins de kinésithérapie que les autres.

Selon ses calculs, la Drees annonce donc une offre supérieure aux besoins. Dans ce sens, une multiplication des actes coûterait plus cher à l’Assurance maladie, du fait de remboursements plus nombreux. Un constat déjà observé en 2016 où les remboursements de kinésithérapie sont passés à 4 milliards d’euros, contre 3 milliards d’euros en 2007.