En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les Français de moins en moins satisfaits par leur système de santé

Hôpitaux, équipements, soins… Si les Français ont une image globalement positive de leur système de santé, celle-ci s’est ternie ces dernières années.  

hopital

Les Français ont une image positive de leur système de santé, mais cette dernière a tendance à se dégrader : c’est ce qui ressort du dernier Baromètre Odoxa-Le Figaro pour Asip Santé, MNH Group et Orange. Globalement, les Français sont satisfaits de leurs hôpitaux (à 75%) et trouvent que leur pays est celui qui offre les meilleurs soins hospitaliers (à 59%).

Mais si ces indicateurs sont encourageants, ils n’en sont pas moins en nette dégradation. Entre mai 2015 et mars 2018, l’insatisfaction des Français par rapport à l’hôpital s’est multipliée par 3, passant de 9 à 24%. Quant au parcours de soins, seuls 49% des Français le jugent satisfaisant, contre 69% il y a trois ans.  Un chiffre qui dégringole même à 7% chez les directeurs d’hôpitaux.

L’e-santé pour améliorer les soins ?

D’après le sondage, 81% des Français estiment que le développement des outils numériques contribuerait à une meilleure qualité des soins. Selon eux, l’e-santé permettrait d’améliorer :

  • L’observance par les patients de leurs traitements et prescriptions (78%) ;
  • La coopération entre les différents personnels soignants (77%) ;
  • L’implication des patients dans l’élaboration et le suivi de leur traitement (74%).

80% des personnes interrogées pensent aussi que le développement de l’e-santé ferait gagner du temps aux médecins. Des médecins qui partagent d’ailleurs cet avis favorable sur le développement des outils numériques. Pour 76%, ceux-ci leur permettraient de prendre des décisions thérapeutiques plus sereines et éclairées, et pour 66% de renforcer leurs compétences et leur qualification.