En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : près de 9 Français sur 10 estiment que l’hôpital est en danger

Une étude menée par la Fédération hospitalière de France (FHF) dévoile les inquiétudes des Français par rapport à leur système de santé. L’hôpital public est au cœur des préoccupations, de même que l’opacité du système.

systeme sante

Alors que le projet de loi Santé est examiné ces jours-ci au Parlement, la Fédération hospitalière de France (FHF) a publié une étude sur le regard que portent les Français sur leur système de santé. Premier enseignement : 84% des sondés considèrent que l’accès à de bons établissements de santé est le second critère le plus important « pour assurer à chaque individu une égalité des chances dans la vie », juste derrière l’éducation.

L’étude révèle également que les Français s’inquiètent de l’état de l’hôpital public : 88% d’entre eux estiment qu’il est en « danger » et 94% sont favorables à une augmentation des moyens. Ainsi, pour améliorer le fonctionnement de l’hôpital public, ils suggèrent davantage de personnel (87%) et de budget (77%).

Un système de santé opaque

Autre enseignement de l’étude : le système de santé demeure mal compris des Français. 70% avouent ne pas saisir son fonctionnement et 86% ne savent pas à quoi servent les différentes cotisations (sociales, complémentaire santé, CSG…). Conséquence : plus de la moitié des personnes interrogées (56%) ont le sentiment de contribuer au système plus que d’en bénéficier.

Pour autant, les Français se montrent ambitieux pour leur système de santé et souhaitent des réformes. D’après le sondage :

  • 92% des Français veulent mieux lutter contre les actes inutiles pour réaliser des économies ;
  • 84% sont favorables à contraindre les médecins à s’implanter dans certains territoires lors de leurs premières années d’exercice ;
  • Plus de 2/3 des sondés proposent une fusion du ministère de la Santé et de l’Assurance maladie.