Santé : des voix s’élèvent contre la hausse du forfait hospitalier

Deux associations de patients ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat pour tenter d’obtenir l’annulation de la hausse du forfait hospitalier. Mis en place depuis le 1er janvier 2018, il est passé de 18€ à 20€ ce qui serait un obstacle à l’accès à la santé.

forfait hospitalier

La hausse du forfait hospitalier serait-elle contraire à la Constitution ? C’est la question à laquelle va devoir répondre le Conseil d’Etat. France Assos Santé et la Fédération nationale des Accidentés du travail et des Handicapés (FNATH) ont déposé un recours pour demander l’annulation de cette mesure, jugée comme « un obstacle à l’accès aux soins ».

Depuis le 1er janvier 2018, la facture est passée de 18€ à 20€ à l’hôpital et en clinique et de 13,50€ à 15€ en établissement psychiatrique. Cette mesure a pour conséquence une augmentation du reste à charge pour les patients ce qui renforcerait le renoncement aux soins. Les deux associations appellent donc des patients en difficulté à témoigner pour appuyer le recours.

La hausse des cotisations des mutuelles comme conséquence

Autre problème, cette augmentation du forfait hospitalier va se « répercuter obligatoirement sur les cotisations » des mutuelles santé, avait alerté Thierry Beaudet, le président de la Mutualité française. Certains patients risquent donc une nouvelle fois de renoncer aux soins, faute de complémentaire pour régler le reste à charge.

Dans le communiqué commun, les deux associations dénoncent une hausse des dépenses de santé non prises en charge par l’Assurance maladie. Ainsi, « de plus en plus de ménages (…) rencontrent des difficultés à faire face à leurs frais de santé », malgré les dispositifs mis en place comme la CMU ou l’ACS.