En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Hausse des hospitalisations à domicile entre 2015 et 2016

Récemment, la FHF (Fédération Hospitalière de France) a communiqué sur sa vocation à augmenter le nombre d’hospitalisations à domicile. 5 000 patients supplémentaires ont pu être traités chez eux en 2016.

Une femme alitée

Le nombre d’hospitalisation à domicile en 2015 était de 105 000, un chiffre ayant augmenté en 2016. En  effet, 5 000 patients de plus ont pu, en 2016 profiter de cette hospitalisation chez eux. Ce sont les adultes à partir de 18 ans qui ont le plus grossi ce chiffre, 4 000 de plus sont rentrés chez eux en 2016 pour se soigner. Ce sont 308 établissements de santé qui proposent ce dispositif. On observe une belle parité entre les hôpitaux ne proposant que des soins à domicile et ceux offrant également des soins conventionnels d’hospitalisation.

En tout, 4,9 millions de journées d’hospitalisation à domicile ont été passées en 2016 contre 4,6 millions en 2015. Une belle hausse à comparer au nombre de journées moyennes nécessaires pour un séjour terminé : 27,6 en 2016 contre 28,5 en 2015. De plus en plus d’hospitalisations à domicile sont prescrites et la baisse du nombre moyen de journées nécessaires au rétablissement témoignerait de leur efficacité. Des chiffres à surveiller dans les années à venir pour voir se dessiner une réelle tendance.

La plupart des mutuelles prennent en charge l’hospitalisation à domicile, il faut se rapprocher d’elles pour connaitre leurs modalités de remboursement.

La FHF en appelle aux hôpitaux de proximité

La FHF a appelé dans un communiqué de presse à développer l’HAD dans le cadre des groupements hospitaliers de territoire. Elle interpelle les médecins hospitaliers qui sont les plus grands prescripteurs d’hospitalisation à envisager le retour à la maison de leurs patients pour les pathologies le permettant.

Pour la fédération « les établissements publics doivent inscrire résolument le développement de l’HAD dans les projets médicaux de territoire » et que « les hôpitaux de proximité prennent toute leur place dans le développement de l’HAD »