En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les nombres de greffes d’organes et les listes d’attentes augmentent

Avec 5 891 organes greffés en 2016, le nombre de greffes ne cesse de croître au fil des années. En 5 ans, il a augmenté de 17%, dépassant largement l’objectif du plan greffe 2012-2016 de 5 700 greffes chaque année.

Greffe d'organe

D’après un rapport préliminaire publié par l’Agence de la biomédecine le 20 mars 2017, le nombre de greffes a subit une hausse de 2,5% entre l’année 2015 (5 739 organes greffés) et l’année 2016 (5891 greffes).

Les greffes de rein continuent d’être les plus nombreuses avec 3 615 en 2016, dont 576 à partir de donneurs vivants, qui correspondent à près de 16% des greffes rénales. Suivent les greffes de foie, au nombre de 1 322, dont 5 avec donneur vivant. Les greffes cardiaques et pulmonaires sont moins nombreuses mais sont également en augmentation.

201420152016
Greffes cardiaques423471477
Greffes cardio-pulmonaires12813
Greffes pulmonaires327345371
Greffes hépatiques
(dont à partir de donneurs vivants)
1 280
(12)
1 365
(15)
1 322
(5)
Greffes rénales
(dont à partir de donneurs vivants)
3 232
(514)
3 470
(547)
3 615
(576)
Greffes pancréatiques797790
Greffes intestinales333
TOTAL5 3575 7395 891

Des listes d’attente de plus en plus longues

Si la greffe progresse, elle est quelque part victime de son succès. Combiné au vieillissement de la population, on observe un allongement de la liste nationale des personnes en attente de greffes (principalement la greffe du rein). En 2016, 22 617 patients étaient inscrits sur une liste d’attente pour la greffe d’un organe. C’est le double d’il y a 20 ans.

« Cette augmentation est due aux bons résultats de la greffe et à l’amélioration des pratiques et des techniques (de conservation…), qui ont conduit à un élargissement des indications de greffe », explique le Pr Olivier Bastien, Directeur Prélèvement Greffe organes-tissus à l’Agence de la biomédecine.