En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

19 000 postes de médecins sont à pourvoir dans les hôpitaux

Selon le rapport du Centre national de gestion des praticiens hospitaliers, 19 000 postes de médecins sont vacants au début de l’année 2018. Ce constat est inégal selon les régions mais aussi les spécialités.

forfait hospitalier

19 000, c’est le nombre de postes de médecins « statutairement vacants » selon le rapport annuel du Centre national de gestion des praticiens hospitaliers. Les médecins titulaires se font donc de plus en plus rares dans les hôpitaux, même si le taux de « vacance statutaire » n’a baissé que d’un point entre 2017 et 2018.

Pour autant, une partie de ces postes vacants est compensée par des praticiens contractuels. Ils seraient aujourd’hui environ 12 000 en France. La principale différence de statut est leur recrutement à titre temporaire. Les hôpitaux ont recours à leurs services en cas de remplacement ou d’une hausse des soins médicaux.

Un manque de radiologues, ophtalmos et anesthésistes

Ces postes varient fortement entre les différentes spécialités. Ainsi, les praticiens les plus recherchés sont les anesthésistes-réanimateurs, les ophtalmologues ainsi que les radiologues. A contratio, les pédiatres, chirurgiens infantiles et dermatologues semblent être en nombre suffisant dans les établissements hospitaliers.

De même, les postes à pouvoir sont plus ou moins nombreux selon les régions françaises. Les régions les plus touchées sont Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val-de-Loire et Normandie. En Bretagne, Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte-D’azur, ce phénomène est beaucoup moins marqué.