Blanchiment dentaire : le remboursement par l’Assurance maladie ou la mutuelle est-il possible ?

  • Jusqu'à 300 devis mutuelle comparés en 2 minutes
  • Jusqu’à 501 € d'économies* réalisées en comparant votre mutuelle santé !

Faisant partie des actes médicaux très prisés, le blanchiment dentaire permet de retrouver un sourire éclatant en rien de temps ! Mais derrière cette intervention se cache des frais non négligeables pour le patient. Un remboursement de la part de l’Assurance maladie ou de la mutuelle santé est-il possible ? LeLynx.fr vous éclaire à ce sujet !

Le blanchiment dentaire est-il remboursé ?

Le remboursement du blanchiment dentaire par l’Assurance maladie

Comme un certain nombre de soins considérés comme « esthétiques », le blanchiment des dents n’est pas un soin remboursé par l’Assurance maladie. 

À l’inverse, une prise en charge peut être faite pour les soins dentaires chirurgicaux (comme l’extraction d’une dent ou la pose d’une prothèse) ou conservateurs (traitement d’une affection de l’émail, traitement de caries ou détartrage), à hauteur de 70 % du tarif conventionnel. Les 30 % restants sont à la charge du patient, qui devra éventuellement s’acquitter de frais supplémentaires liés à un dépassement d’honoraires.

Vous l’aurez compris, il n’est pas possible de bénéficier d’un remboursement pour un acte de ce type. Mais qu’en est-il du côté des mutuelles santé ?

Le remboursement du blanchiment dentaire par la mutuelle santé

Blanchiment dentaire remboursement Assurance maladie mutuelle est-il possible mutuelle santé

Fort heureusement, certaines mutuelles pourront vous proposer un remboursement pour un blanchiment dentaire. Nous vous invitons donc à comparer les mutuelles santé proposant la meilleure prise en charge afin de pouvoir procéder à votre éclaircissement dentaire à moindre frais.

La prise en charge de cet acte par la mutuelle santé se caractérise par une enveloppe « NPC » (Non Pris en Charge) destinée aux actes de ce type. Ainsi, opter pour une formule comprenant une enveloppe NPC au moment de la souscription de votre contrat de mutuelle santé vous permettra d’être bien remboursé après un blanchiment. 

Attention toutefois, une telle formule fera inexorablement grimper votre prime, c’est-à-dire le prix payé périodiquement pour être couvert par votre mutuelle. 

Ce qu’il faut savoir sur le blanchiment dentaire

Les prix d’un blanchiment dentaire

Un blanchiment dentaire coûte plusieurs centaines d’euros, entre 300 et 800 la séance de laser selon le spécialiste consulté et la ville dans laquelle elle est faite. De plus, il est possible de devoir réaliser plusieurs séances pour se rapprocher du résultat souhaité. À ce titre, nous vous recommandons de bien vous renseigner et, surtout, de demander un devis avant de vous engager sans avoir la certitude que vous serez remboursé par votre mutuelle.

Le détartrage est une alternative intéressante à envisager si le prix du blanchiment dentaire ne rentre pas dans votre budget. Il fait partie des soins conservateurs pris en charge à hauteur de 70 % par l’Assurance maladie (sur la base du tarif conventionnel).

Vers quel blanchiment se tourner ?

Blanchiment dentaire : remboursement Assurance maladie mutuelle est-il possible quel

On distingue plusieurs types de blanchiments, dont : 

  • Le blanchiment dentaire ambulatoire (également appelé blanchiment avec gouttières) : il présente l’avantage de pouvoir en partie être fait à domicile, grâce à des gouttières à porter durant deux à trois heures le soir ou toute la nuit, en fonction des besoins du patient. Elle est faite sur mesure par le chirurgien-dentiste lui-même ou un prothésiste en environ une semaine. Ensuite, le spécialiste vous indique comment les remplir de peroxyde de carbamide, permettant d’obtenir le résultat escompté.

  • Le blanchiment au laser : réalisé par les dentistes, le blanchiment au laser permet d’avoir des résultats rapidement. Un gel à base de peroxyde d’hydrogène est appliqué sur l’émail des dents, avant d’être activé par le laser en question durant quelques minutes.

  • Le blanchiment par photoactivtation : technique moins répandue nécessitant l’énergie lumineuse de photons, elle offre une efficacité optimale en un délai quasi immédiat. 

  • L’infiltration de résine : comme son nom l’indique, cette technique consiste en une pose de résine à l’apparence d’émail, permettant d’atténuer significativement des tâches jaunes ou brunes visibles.

Quelles sont les contre-indications au blanchiment dentaire ?

Le blanchiment dentaire n’est pas un acte à prendre à la légère sous prétexte qu’il a trait à l’esthétique. Il est important de solliciter un médecin spécialiste qui saura répondre à toutes vos questions et vous accompagner dans le cadre dudit blanchiment.

Aussi, certaines catégories de patients ne devraient pas avoir recours au blanchiment dentaire. Sont concernés :

  • Les fumeurs de cigarette, lesquels peuvent subir une augmentation de l’effet cancérigène du tabac à cause du peroxyde d’hydrogène ;
  • Les femmes enceintes ou allaitantes.

Enfin, gardez à l’esprit que l’utilisation de certains produits blanchissements que l’on peut trouver dans le commerce ou dans ce que l’on appelle des « bars à sourire » (établissements promettant un blanchiment des dents rapidement) peuvent provoquer :

  • L’altération permanente de l’émail ;
  • L’usure prématurée voire une fragilisation des dents
  • Une hypersensibilité dentaire ;
  • La mauvaise haleine et une irritation des muqueuses de la bouche.