En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Le gouvernement valide la réforme des tarifs dentaires

Le ministère de la Santé a annoncé une revalorisation de certains actes pratiqués par les chirurgiens-dentistes, le plafonnement des tarifs des prothèses dentaires ainsi que l’amélioration de l’accès aux soins dentaires pour les bénéficiaires de la CMU-C et de l’ACS.

Dentiste

Par le biais d’un communiqué, la ministre de la Santé, Marisol Touraine a annoncé qu’elle validait l’arbitrage qui lui avait été remis à la suite de l’échec des négociations tarifaires entre l’Assurance maladie et les syndicats de dentistes. En approuvant cet arbitrage, le gouvernement souhaite mettre « en œuvre les nouveaux tarifs et plafonds relatifs aux soins dentaires ».

Concrètement, un plafonnement progressif des tarifs sur les prothèses doit être instauré sur 4 ans. Le ministère de la Santé prend pour exemple un nouveau plafond tarifaire maximal de la couronne céramo-métallique qui sera fixé à 550€ en 2018 et diminuera jusqu’à 510€ à partir de 2020. « En parallèle, la base de remboursement des couronnes, actes prothétiques les plus courants, augmentera de 107,5€ à 120€ en 2019 », note le gouvernement.

Des plafonds revalorisés pour la CMU-C

La ministre de la Santé met également l’accent sur l’amélioration de l’accès aux soins dentaires pour les 6,6 millions de bénéficiaires de la CMU-C et de l’ACS. Comme l’explique le communiqué « les tarifs pratiqués sur les prothèses pour les 5,52 millions de patients bénéficiaires de la CMU-C sont déjà plafonnés et ne peuvent faire l’objet d’un dépassement ».

Avec la validation de cet arbitrage, ces plafonds sont revalorisés et la prise en charge complète est étendue à des actes supplémentaires. Le plafond de prise en charge pour une couronne métallique passe de 230€ à 250€. « En complément du règlement arbitral, un arrêté appliquera ces plafonds aux patients bénéficiaires de l’ACS, pour lesquels les tarifs étaient libres », précise le gouvernement.