En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les audioprothésistes fâchés contre les mutuelles santé

La mise en place de la réforme 100% Santé crée des tensions entre mutuelles santé, professionnels et pouvoirs publics. Dernier événement en date, la mise en garde des audioprothésistes contre les complémentaires.

Les prothèses auditives mieux remboursées

Depuis plusieurs semaines, une mauvaise entente sur le marché des audioprothèses empêche une exécution parfaite de la réforme du reste à charge zéro. Le 1er janvier 2021, le remboursement intégral des appareils auditifs devra entrer en vigueur. Mais les professionnels du secteur ont accusé les mutuelles santé de ne pas jouer le jeu, lors d’une conférence de presse tenue mercredi.

Entrons dans le détail. La réforme prévoit deux paniers de soins distincts : le premier remboursé intégralement par l’Assurance Maladie et les mutuelles ; et le second, à tarifs libres, avec un reste à charge qui dépend du niveau de remboursement des mutuelles. Le syndicat des audioprothésistes a critiqué des niveaux de prise en charge très variables selon les différentes complémentaires pour ce deuxième panier.

Respecter les règles, sans jouer le jeu

Si l’Assurance Maladie a prévu une prise en charge équivalente pour les deux paniers, à savoir 240€, les mutuelles, elles, n’ont à respecter qu’un seuil minimal et un plafond maximal. Or, selon Luis Godinho, président du syndicat des audioprothésistes, celles-ci proposent un remboursement bien inférieur aux 710€ prévus pour le panier 1. « Ils mettent à mal la réforme en ne préservant pas la liberté de choix du patient », selon lui.

Luis Godinho a salué les efforts de la mutuelle Uneo qui remboursera au même niveau les paniers 1 et 2. Il a cependant pointé du doigt les organismes complémentaires qui, d’après lui, ne jouent pas le jeu, comme la Macif (160€ pour le panier 2) ou Allianz. Il a reconnu, néanmoins, que ces dernières étaient dans leur bon droit puisque la réforme n’est pas plus directive sur les niveaux de prise en charge.