En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Indépendants : quelles sont leurs attentes en matière de prise en charge ?

Le RSI est en train d’être discuté à l’Assemblée nationale. Le président Emmanuel Macron avait promis une simplification de la prise en charge de la santé des travailleurs non salariés. Mais qu’en pensent les principaux concernés ?

Une travailleuse souffrant du crane

Pour les autoentrepreneurs et les TNS en général, la priorité pour ce quinquennat est la réforme ou la suppression du RSI. Une démarche en bonne voie : le 1er janvier 2018, le RSI disparaîtra au profit d’une refonte avec le système de la Sécurité sociale. Si elle était attendue, cette réforme ne changera finalement pas grand-chose pour les indépendants.

Ils sont ensuite intéressés par la convergence des systèmes de retraite avec celui des salariés. Une réforme qui permettrait une uniformisation des procédures de traitement des dossiers et une simplification des démarches, tout comme le ferait une convergence des protections sociales, souhaitée par 31% des sondés. Autre point intéressant : la préoccupation des indépendants quant à la perte de leur activité, ils seraient 21% à prioriser la mise en place d’une allocation perte subite d’activité. D’ailleurs, pour 45% des indépendants, ce serait à eux de financer une telle protection.

Plus de protection, quitte à payer plus cher

Les indépendants sont prêts à assumer les coûts de la mise en place d’une protection plus ajustée à leurs besoins. En effet, 51% d’entre eux se disent prêt à payer une cotisation légèrement supérieure (de l’ordre de 2 à 4%) pour bénéficier de cette sécurité. Un besoin compréhensible quand on voit que 66% des indépendants n’exercent pas d’autre activité salariée.

Pour les indépendants, prendre un congé maladie peut être lourd de conséquences sur l’activité et les revenus, c’est pourquoi 9% des indépendants ont déjà eu un problème de santé nécessitant un arrêt mais l’ont ignoré pour des raisons financières.

Si ni le RSI ni la Sécurité sociale ne proposent de programme contre la perte subite d’activité, certaines mutuelles santé peuvent verser des indemnités journalières pour compenser le manque de revenu.