En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Complémentaire santé : l’ANI a surtout profité aux assureurs

Les assureurs sont les grands gagnants de la réforme de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés (ANI) entrée en vigueur en 2016. Pour autant, même si les contrats collectifs sont légèrement en hausse, le marché ne s’est pas encore transformé.

Mutuelle santé petite entreprise

Les sociétés d’assurances peuvent se réjouir. Selon les chiffres publiés par la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), les assureurs ont vu leur chiffre d’affaires sur les contrats collectifs le plus augmenté entre 2015 et 2016, à hauteur de 30%. Ils sont encore loin des 43% détenus par les prévoyances, mais devancent les mutuelles santé (26,6%).

Parallèlement, la tendance est à un statut quo au niveau des contrats individuels. Les mutuelles conservent la majorité des contrats sur le marché (53,9%) loin devant les assureurs (34,4%) et les prévoyances (11,7%).

Seulement 17 nouveaux organismes en 2016

Pourtant, la mise en place de l’obligation des mutuelles d’entreprise n’a pas bouleversé le marché. Les contrats collectifs ont progressé de 2 points entre 2015 et 2016, passant de 44% à 46% des cotisations collectées. Au total, ils ont progressé de 912 millions d’euros, ne profitant seulement qu’à 9 organismes, signe que le marché se concentre sur quelques acteurs.

Ainsi, selon la Drees, « seuls 17 organismes ont commencé à développer une activité d’assurance santé collective en 2016 ». Le rapport note d’ailleurs que de nombreux cas de refus d’adhésion et de conformité tardive d’entreprises supposent que 2016 n’était « encore qu’une année de montée en charge de la généralisation ».