En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La suppression de la sécurité sociale étudiante définitivement adoptée

La sécurité sociale étudiante n’existera bientôt plus. Les étudiants seront progressivement rattachés au régime général et paieront une contribution de 90€ par an.

étudiants

Le régime étudiant de sécurité sociale (RESS) vit ses dernières heures. Jeudi 15 février, l’Assemblée nationale et le Sénat ont définitivement adopté le projet de loi visant à supprimer le dispositif de gestion accordé aux mutuelles étudiantes. Les étudiants seront désormais rattachés au régime général de la sécurité sociale.

Concrètement, la suppression du RESS sera organisée en 2 étapes :

  • Les nouveaux étudiants dépendront dès la première année de leur cursus du régime général de la sécurité sociale de l’Assurance maladie. Ils pourront ainsi continuer à être affiliés avec leurs parents sans démarches supplémentaires ;
  • Les étudiants ayant déjà commencé leur cursus resteront une année supplémentaire au régime étudiant, jusqu’au 31 août 2019.

Une cotisation de 90€

Autre changement pour les étudiants, le prix de la cotisation versée à la sécurité sociale. Elle s’élèvera à 90€ par an, contre 217€ actuellement. Les boursiers, les demandeurs d’asile et les personnes bénéficiant du statut de réfugié en seront exemptés. Cette contribution servira notamment à « favoriser l’accueil et l’accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif » des étudiants.

Pour autant, les mutuelles étudiantes ne disparaitront pas complètement du paysage en 2019. Elles proposeront des complémentaires santé et mèneront des actions de prévention sur les campus.