Suicide des étudiants : l’Inserm dévoile son rapport

Deuxième cause de décès chez les jeunes de 15 à 29 ans derrière les accidents de la route, le suicide est souvent le résultat de facteurs prédictifs. Voici ce que les chercheurs ont découvert…

etudiant jeune suicide deprime

Une équipe de l’Inserm et de l’Université de Bordeaux, en collaboration avec les universités de Montréal et McGill au Québec, ont remis les résultats de leurs recherches sur le suicide, mardi 15 juin. La revue Scientific Reports a dévoilé leurs conclusions, qui portent sur l’analyse de 70 facteurs prédictifs de comportements suicidaires chez les étudiants.

Pour mener à bien leur enquête, les chercheurs ont eu recours à l’intelligence artificielle. Ils ont en effet développé un algorithme très précis pour déterminer les causes de ces comportements, sur un ensemble de 5 000 étudiants français, entre 2013 et 2019. « Ce suivi a révélé qu’environ 17% des étudiants, filles comme garçons, ont présenté des comportements suicidaires au cours de l’année qui s’est écoulé entre les deux questionnaires », explique l’Inserm.

« Prévenir le cyberharcèlement est encore plus pertinent dans cette période »
Lire l'article

L’estime de soi, un facteur sous-estimé

Au total, 130 questions ont été soumises aux étudiants, les questionnant sur leur activité physique, leurs addictions, ou encore leurs antécédents familiaux. Cela a permis de mieux connaître les causes du mal-être étudiant. « Les résultats de l’étude révèlent que parmi ces 70 prédicteurs potentiels, quatre permettent de détecter environ 80% des comportements suicidaires. Il s’agit des pensées suicidaires, de l’anxiété, des syndromes de dépression et de l’estime de soi », liste le communiqué.

Mélissa Maccali, doctorante en épidémiologie et auteure de l’étude, affirme que les chercheurs ont eu une vraie surprise à voir l’estime de soi dans ces quatre facteurs principaux. Elle conclue ainsi : « Ce résultat, qui n’aurait pas été obtenu sans l’utilisation de technique d’intelligence artificielle, qui a permis de croiser un grand nombre de données de façon simultanée, ouvre de nouvelles perspectives, aussi bien de recherche que de prévention ».