En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les mutuelles étudiantes vont poursuivre leurs actions de prévention

Avec la suppression du régime étudiant de sécurité sociale, le rôle des mutuelles santé étudiantes est redéfini. A partir de 2020, elles se concentreront sur des actions de prévention et continueront à proposer des complémentaires santé.

La suppression du Régime étudiant de sécurité sociale (RESS) annoncée en février par le gouvernement modifie le rôle des mutuelles étudiantes. En effet, celles-ci ne disparaitront pas, et auront désormais 2 missions principales :

  • Poursuivre, « aux côtés de l’Assurance maladie, les actions de prévention de santé auprès des assurés » ;
  • Continuer à proposer des complémentaires santé spécifiquement adaptées aux étudiants.

Les salariés de ces mutuelles devraient rejoindre les équipes des Caisses primaires d’assurance maladie. En revanche, rien n’a encore été défini quant aux aides financières ou subventions qui pourraient leur être accordées pour mener à bien ce type d’actions et compenser les pertes qu’elles vont sans doute subir.

Une réforme en deux temps

La suppression du RESS se déroulera en 2 étapes. Dès la rentrée 2018, les nouveaux étudiants seront rattachés au régime général de Sécurité sociale. Les étudiants ayant déjà commencé leur cursus pourront eux rester chez leur mutuelle étudiante encore un an, en vue d’une affiliation définitive à la sécurité sociale à l’horizon de la rentrée 2019.

La réforme vise à simplifier la vie d’environ 1,8 millions d’étudiants. Ils n’auront désormais plus besoin de souscrire une mutuelle étudiante et pourront rester affiliés à celle de leurs parents. La mesure leur permettra également de faire des économies, avec une cotisation annuelle de 90€ contre 217€ actuellement.