En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

LMDE épingle le gouvernement sur la suppression du régime étudiant

Le rattachement des étudiants au régime général de Sécurité sociale est un des principaux éléments de la feuille de route de la ministre de la Santé. Un sujet actuellement débattu à huis clos, au grand dam de La Mutuelle Des Etudiants (LMDE).

etudiants

Le candidat Macron, alors en pleine campagne présidentielle, s’était exprimé au mois de mars en faveur d’une suppression du régime étudiant de Sécurité sociale, une « exception française » qu’il jugeait alors « inefficace et dispendieuse ». Une volonté qui pourrait se concrétiser dans le prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) prévu pour 2018 et en préparation par la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Un processus qui inquiète LMDE : « le sujet de l’accompagnement sanitaire des étudiant.e.s est actuellement débattu à huis clos », souligne la mutuelle dans un communiqué, qui se dit étonnée « de ne pas avoir encore été reçue » malgré les nombreuses demandes de contacts effectuées.

Le coût des mutuelles étudiantes trop élevé ?

La prise de parole de LMDE fait suite à la publication du rapport annuel de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage) qui souligne la forte inflation des coûts des complémentaires santé. Un constat notamment décrié par le réseau de mutuelle étudiantes régionales emeVia.

Le PLFSS 2018 doit être déposé à l’Assemblée nationale par Agnès Buzyn au plus tard le 16 octobre 2017. Un projet de loi particulièrement attendu puisqu’il pourrait mettre un terme au régime étudiant de Sécurité sociale, mais prévoit également la disparition du régime social des indépendants (RSI), comme annoncé par le gouvernement à la fin du mois de mai.