En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La FAGE réclame le rattachement des étudiants à l’Assurance maladie

La Fédération des Associations Générales Étudiantes dresse un portrait de l’accès aux soins pour les jeunes et propose une piste de réflexion : le rattachement du régime de santé étudiant à la caisse d’Assurance maladie.

santé jeune

Le constat de la FAGE est alarmant, elle affirme qu’ « 1 étudiant sur 3 renonce aux soins notamment pour des raisons financières ». Elle propose pour faire face à ces difficultés financières de rattacher les étudiants à la caisse d’Assurance maladie. La mesure permettrait un traitement plus rapide des dossiers et plus de contrôle sur les méthodes exercées par les mutuelles santé telles que la LMDE.

La FAGE évoque le fait que celles-ci « jouent bien souvent sur la méconnaissance des néo-bacheliers d’un système complexe pour leur vendre à leur insu ou par insistance des produits de complémentaire en dehors du régime obligatoire. 25% ignorent qu’elles ne sont pas obligatoires ».

Les contre arguments des mutualistes

Les mutualistes se défendent d’abuser de la naïveté et du budget des étudiants. Pour Ahmed Hegazy, le président d’Emevia, réseau de mutuelles étudiantes, « les chiffres avancés par le rapport démontrent juste la méconnaissance du syndicat étudiant des métiers de la santé et de ses acteurs mutualistes ». Il ajoute également que « sur 160 000 étudiants affiliés via la Smeno, seuls 20 000 ont une complémentaire santé. On veut faire croire que nous vampirisons les étudiants. Ce n’est pas une réalité. »

Pour l’année scolaire 2017/2018, les frais d’adhésion à la Sécurité sociale étudiante sont de 217€. Un prix à payer pour être couvert à environ 70% des dépenses de santé, comme dans le régime général. Seule différence, les étudiants boursiers sont exemptés de cotisation annuelle.