En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

L’Assurance maladie va rembourser le dépistage de la trisomie 21 par prise de sang

Le dépistage de la trisomie 21 par prise de sang chez les femmes enceintes va désormais être remboursé par l’Assurance maladie. Ce test efficace à 99% permet d’éviter d’avoir recours à une amniocentèse dans certains cas.

Une femme enceinte avec un médecin.

Il y a du nouveau pour les femmes enceintes. Le dépistage de la trisomie 21 dans l’ADN du fœtus par prise de sang va être remboursé par l’Assurance maladie, comme l’a annoncé un arrêté paru jeudi 27 décembre au Journal officiel. Ce dépistage coûte environ 390€.

Pour rappel, cette pratique, appelée « dépistage prénatal non invasif » (DPNI) est officiellement recommandée par la Haute Autorité de Santé (HAS) depuis mai 2017, mais les arrêtés permettant sa prise en charge n’avaient pas encore été publiés. Le test était déjà proposé gratuitement dans les hôpitaux publics français.

Un dépistage efficace à 99%

Jusque-là, le diagnostic de la trisomie 21 se déroulait en deux temps. Au premier trimestre de grossesse, toutes les femmes enceintes devaient effectuer une échographie combinée à une prise de sang. Le résultat était exprimé sous forme de probabilité : en cas de risque supérieur à 1/250, une deuxième étape était nécessaire, qui consiste à analyser les chromosomes du fœtus via une amniocentèse.

Le test ADN par prise de sang vient s’intercaler entre ces deux étapes et sera proposé aux femmes enceintes dont le niveau de risque est compris entre 1/1000 et 1/51 à l’issue du premier examen. Il présente plusieurs avantages. Son efficacité est prouvée à 99% et, en cas de résultat négatif, il permet d’éviter d’avoir recours à une amniocentèse, pratique jugée plus invasive pour les patientes.

En revanche, en cas de résultats positifs à la suite du dépistage par prise de sang dans l’ADN du fœtus et en cas risque supérieur à 1/50, l’amniocentèse sera automatiquement recommandée.