En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

IVG : 224 300 avortements en France l’année dernière

En 2018, il y a eu un avortement toutes les trois naissances selon le rapport de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress).

La Dress a rendu public le nombre d’interruptions volontaires de grossesse réalisées par les Françaises en 2018. Ce chiffre s’élève à 224 300, dont 209 500 en métropole. Le nombre d’avortements est donc relativement stable depuis près de 20 ans, car il oscille toujours entre 215 000 et 230 000.

Les femmes les plus concernées par l’IVG sont celles âgées de 20 à 29 ans, avec à peu près 27 avortements pour 1000 femmes. Alors que le taux en métropole est de 15 avortements pour un millier de femmes, il s’élève à 27,8 IVG/1000 dans les départements et régions d’outre-mer. Chez les mineures, le recours à l’IVG diminue de 10 à 6/1000.

Du simple au triple selon la région

La Dress pointe du doigt de grands écarts entre les régions de France. Alors que le taux dans les Pays de la Loire est de 11/1000, il atteint 22/1000 en Provence-Alpes-Côte d’Azur et monte jusqu’à 35/1000 en Guadeloupe. Trois quarts des IVG ont été réalisées dans une structure hospitalière, le quart restant dans un cabinet ou un centre de santé.

Rappelons que depuis 2016, la Sécurité sociale prévoit un remboursement à 100% de l’interruption volontaire de grossesse. Lorsque l’IVG est faite dans un établissement de santé, le forfait est de 282,91€. Il tourne autour de 190€ lorsque l’avortement est réalisé chez un médecin, une sage-femme, un centre de planification familiale ou un centre de santé. La mutuelle peut aussi aider à payer certains frais, selon les garanties choisies.