En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Congé paternité : faut-il passer à neuf semaines ?

Une commission d’experts a remis récemment un rapport au gouvernement sur les 1000 premiers jours de l’enfant. Il préconise notamment d’allonger le congé paternité à neuf semaines.

Congé parental d'éducation

Pour soutenir les jeunes parents et leurs enfants, un rapport avait été demandé à une commission d’experts. Celle-ci comprenait des pédopsychiatres, pédiatres, sages-femmes et gynécologues, tous réunis sous la présidence du neuropsychiatre Boris Cyrulnik. Leur travail portait sur les 1000 premiers jours de l’enfant, compris entre le 4e mois de grossesse et le deuxième anniversaire du bébé. L’objectif poursuivi est donc de mieux accompagner la parentalité.

Mardi 8 septembre, les experts ont remis au gouvernement leurs analyses, recommandant notamment d’allonger le congé paternité – actuellement de 11 jours – à neuf semaines. Le rapport avance que les enfants « sont façonnés par le milieu dans lequel ils grandissent », et qu’on peut agir et « les aider à se développer le mieux possible ».

LeLynx.fr rejoint le #ParentalAct et s’engage pour un congé « second parent » de quatre semaines
Lire l'article

Des mesures prises avant la fin du mois

Adrien Taquet, secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles, a déclaré qu’il y aura des annonces avant la fin du mois, lorsque le gouvernement aura analysé les propositions du rapport. « Certaines mesures pourraient être inscrites dans le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale », a-t-il ajouté.

Parmi les principales mesures pouvant s’ajouter à l’allongement du congé paternité, on pourrait compter un renforcement des messages de santé publique pour accompagner les parents, mais aussi une généralisation de l’entretien prénatal précoce, l’amélioration de l’indemnisation du congé parental, et enfin l’augmentation des moyens des maternités.