En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Revalorisation des plafonds de revenus pour la CMU-C et l’ACS

Un décret publié au Journal officiel le vendredi 31 mars fixe les nouveaux plafonds de revenus pour les bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C) et l’Aide à la Complémentaire Santé (ACS) à compter du 1er avril.

Feuille de soins

Ce nouveau décret vient revaloriser les plafonds de juillet 2014 d’environ 0,9% pour ces deux dispositifs d’aide à l’accès à une complémentaire santé. Ainsi, pour bénéficier de la CMU-C, une personne devra disposer d’un revenu annuel inférieur ou égal à 8 723€ (8 644,52€ depuis juillet 2014), soit 727€ par mois. Pour l’ACS, le montant est fixé à 11 776€ par an (11 670,10€ auparavant), soit 981,33€ mensuels.

Nouveaux plafonds de ressources CMU-C et ACS en 2019

Update : au 1er avril 2019, de nouveaux plafonds ont été définis pour l’ACS et la CMU-C. Ces nouveaux plafonds sont les suivants :

  • 8 951€ pour un foyer d’1 personne et 13 426€ pour un foyer de 2 personnes pour la CMUC-C ;
  • 12 084€ pour un foyer d’1 personne et 18 126€ pour un foyer de 2 personnes pour l’ACS ;

Les bénéficiaires de la CMU-C en augmentation

En élargissant le spectre des personnes éligibles à ces dispositifs, le ministère de la Santé souhaite « permettre à 150 000 personnes de bénéficier d’une complémentaire santé ». Au début de l’année 2017, le rapport annuel du fonds CMU établissait une hausse de 4,4% de 2014 à 2015, atteignant 5,3 millions de personnes pour l’ensemble des régimes et du pays.

Les bénéficiaires de la CMU-C éprouvant des difficultés à souscrire une mutuelle santé par manque de moyens sont principalement des jeunes, puisque la tranche des 20-39 ans compte près de 29% des bénéficiaires tandis que les 40-59 ans et les plus de 60 ans représentent respectivement 22% et 5%. Les bénéficiaires du régime général sont 44% à avoir moins de 20 ans.