En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Davantage de personnes pourront bénéficier de la CMU-C en 2019

Les conditions d’éligibilité à la CMU-C (la couverture maladie universelle complémentaire) vont s’élargir à partir de novembre 2019. Le plafond minimum de revenus pour en bénéficier passera de 735€ à 990€.

cmuc-c sante

Bonne nouvelle pour les ménages modestes. La CMU-C, ou Couverture maladie universelle complémentaire, comptera davantage de bénéficiaires en 2019. En effet, à partir du mois de novembre, le plafond de revenus mensuels pour bénéficier de cette aide sera relevé de 735€ à 990€. Comme le rapportent Les Echos, les décrets allant dans ce sens sont en cours de préparation.

Le but de la réforme : permettre aux Français dont le pouvoir d’achat est le plus limité d’accéder à des soins auxquels ils renoncent aujourd’hui pour des raisons financières. La ministre de la Santé Agnès Buzyn estime que la CMU-C pourrait toucher 200 000 nouveaux bénéficiaires d’ici 2022, pour un coût évalué à 220 millions d’euros.

Des bénéficiaires en constante augmentation

Selon les Echos, le nombre de bénéficiaires de la CMU-C est en constance augmentation ces dernières années. En octobre 2018, on en recensait 5,62 millions, un chiffre en hausse de 2,5% sur un an. En l’espace de 10 ans, 1,4 million de personnes ont intégré le dispositif.

Avec le relèvement des plafonds, les personnes qui bénéficiaient de l’ACS (Aide à la complémentaire santé) passeront désormais à la CMU-C. Ainsi, ils bénéficieront des mêmes aides que les ménages modestes, mais devront s’acquitter d’une cotisation mensuelle. Celle-ci sera toutefois faible (maximum 30€ par mois) et modulée selon l’âge.

Pour rappel, la CMU-C est une protection de complémentaire santé gratuite, attribuée sous condition de ressources. L’ACS, amenée à disparaître, est elle une aide financière, accordée sous forme de chèque et sous condition de ressources, pour financer une mutuelle santé.