En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les pharmaciens bientôt autorisés à prescrire certains médicaments ?

Le député Thomas Mesnier propose d’autoriser les pharmaciens à délivrer des médicaments jusque-là prescrits sur ordonnance. Si la mesure pourrait permettre de dépanner les patients et de désengorger les urgences, elle demeure controversée.

pharmacie medicaments

Et si les médecins n’étaient bientôt plus les seuls à pouvoir délivrer des ordonnances aux patients ? Comme l’a révélé France Info jeudi 28 février, le député Thomas Mesnier (LREM), rapporteur du projet de loi Santé, propose d’élargir ce rôle aux pharmaciens. Un amendement devrait être déposé prochainement et le sujet fera l’objet d’un débat à l’Assemblée nationale.

Le but du dispositif : dépanner les patients lorsque le médecin est absent et désengorger les urgences. « En cas de petite urgence, il est souvent difficile pour les Français d’avoir accès à une solution hormis d’aller aux urgences quand un médecin traitant n’est pas disponible », explique Carine Wolf-Tahl, Présidente de l’ordre des pharmaciens. Ainsi, les pharmaciens pourraient délivrer des médicaments dans le cas de pathologies bénignes ou de « petites urgences », « type cystite, conjonctivite, petite dermatite inflammatoire ».

Les médecins vent debout

La proposition est en revanche loin de faire l’unanimité chez les médecins. Selon la Fédération des médecins de France (FMF), élargir le rôle de compétences des pharmaciens conduirait à une dégradation de la qualité des soins. « Les pharmaciens ne sont pas habilités à prescrire des soins mais à conseiller. Ils ont une fonction très importante, mais je ne tiens pas à ce qu’ils changent de métier », commente Jean-Paul Hamon, président de l’organisme.

Pour l’instant, aucune liste des pathologies potentiellement concernées par une prescription par les pharmaciens n’a été dévoilée. Reste à savoir si le projet sera approuvé par l’Assemblée nationale. Pour rappel, en octobre dernier, un amendement similaire avait déjà été rejeté.