En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Certains gels hydroalcooliques vendus en France sont inefficaces voire dangereux

13% des gels hydroalcooliques vendus en France ne sont pas conformes, car ils ne contiennent pas la dose d’alcool minimum pour être efficaces. La DGCCRF appelle donc à la vigilance par rapport à ces produits de santé.

gel antibactérien

On croit être protégé en s’en appliquant, mais c’est loin d’être toujours le cas. Selon une étude menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), 13% des gels hydroalcooliques vendus en France sont inefficaces. La raison : ils contiennent moins de 60% d’alcool, la dose minimum pour combattre le virus.

Dans un communiqué, La DGCCRF explique avoir lancé un plan de prélèvements et de contrôle sur les gels et solutions hydroalcooliques. A cette date, 73% des produits analysés ont été déclarés soit non conformes (38%), soit non conformes et dangereux (35%). En cause le plus souvent : une teneur en alcool insuffisante, mais aussi « un étiquetage minimisant les dangers présentés par ces produits », notamment le danger d’inflammabilité.

Des suites à venir

Durant le premier confinement, les autorités avaient particulièrement veillé à ce que les prix des gels soient encadrés, ce qui est désormais bien le cas. « En revanche, au niveau de la qualité des produits, ça varie encore », constate Romain Roussel, directeur de cabinet à la DGCCRF. L’organisme travaille sur ce point : les produits jugés non conformes ou dangereux feront l’objet de « suites appropriées », « notamment de mesures de retrait et/ou rappel ».

La DGCCRF donne également des conseils aux consommateurs pour bien choisir leur gel hydroalcoolique.

  • Choisir un gel avec une teneur en alcool d’au moins 60% ou répondant à la norme EN 14476 ;
  • Choisir un gel dont le nom de l’alcool utilisé et la concentration sont précisés sur l’étiquetage ;
  • Choisir un gel dont l’étiquetage mentionne les dangers et précautions d’emploi du produit.