En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les pharmaciens autorisés à délivrer certains médicaments sans ordonnance

La loi santé, examinée à l’Assemblée ces jours-ci, apporte son lot de nouveautés. Les pharmaciens seront désormais autorisés à délivrer certains médicaments sans ordonnance, et la vaccination va également être élargie.

pharmaciens rôles

Les députés ont tranché ce jeudi 21 mars. Les pharmaciens seront désormais autorisés à délivrer certains médicaments sans ordonnance. Toutefois, ces ventes devront respecter un protocole précis, défini par la Haute autorité de santé (HAS). Comme l’a rappelé Thomas Mesnier, rapporteur du projet de loi santé à l’Assemblée, « il n’est pas question ici de donner un droit de prescription aux pharmaciens ». Ceux-ci devront notamment suivre une formation et rester en lien avec le médecin traitant.

Le but de la mesure : « donner un accès aux soins supplémentaire ». Cet élargissement du rôle des pharmaciens devrait permettre des dépanner les Français lorsque leur médecin est absent ou qu’il n’a pas de disponibilités immédiates. Seules les pathologies bénignes seront concernées, comme les cystites, certaines angines ou les petites urgences.

Simplification du parcours vaccinal

Autre amendement voté hier à l’Assemblée : l’élargissement de la vaccination à d’autres professionnels de santé. Ainsi, les pharmaciens et les sages-femmes pourront désormais prescrire directement certains vaccins. Ces dernières, autorisées à pratiquer la vaccination des femmes enceintes, des nouveaux-nés et de leur l’entourage depuis 2016, pourront aussi vacciner des enfants sous certaines conditions.

L’objectif du gouvernement est de simplifier le parcours vaccinal pour renforcer la couverture, encore insuffisante dans l’Hexagone. En effet, la France compte parmi les taux de couverture vaccinale les plus bas d’Europe, inférieur à 20% de la population cible.

Pour rappel, la grande majorité des vaccins sont pris en charge à hauteur de 60 ou 70% par la Sécurité sociale. Certaines mutuelles santé prennent en charge le complément.