En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Covid-19 : la vaccination chez les médecins généralistes commencera le 25 février

Les médecins généralistes qui se sont inscrits pourront prochainement administrer des doses du vaccin AstraZeneca. Ce vaccin est pour le moment réservé aux moins de 65 ans qui présentent des facteurs de risque.

vaccin

A partir du 25 février, les médecins généralistes pourront vacciner certains patients contre le Covid-19, avec le vaccin AstraZeneca. Pour ce faire, les généralistes volontaires doivent se signaler auprès de leur pharmacie référente. La première semaine, ils pourront récupérer 10 doses de vaccins, soit un flacon. Un nombre limité pour gérer la pénurie.

700 000 doses seront livrées dans les pharmacies, et ensuite réparties entre les médecins généralistes volontaires. Ce sont ensuite les médecins qui décideront des patients prioritaires pour recevoir le vaccin AstraZeneca. Les critères à respecter sont les suivants :

  • Être âgé de 50 à 64 ans ;
  • Présenter des facteurs de risques : diabète, obésité, cancer, problèmes respiratoires…

Les médecins devront vacciner les 10 patients à la suite, sauf s’ils possèdent un réfrigérateur. Dans ce cas de figure, les vaccinations pourront être étalées sur 2 jours.

Plus de doses en mars

Dès le mois de mars, les doses de vaccin devraient augmenter. Les médecins auront droit à 2 ou 3 flacons par semaine, soit 20 ou 30 doses. Des quantités toujours limitées, mais qui doivent permettre aux patients qui ne peuvent pas se rendre dans les centres de vaccination de bénéficier de soins. A plus long terme, l’objectif est d’élargir la vaccination aux personnes âgées de moins de 65 ans qui ne présentent pas de facteurs de risques.

Reste à savoir si les pharmaciens pourront également administrer le vaccin AstraZeneca dans leurs officines. La Haute Autorité de Santé a recommandé d’impliquer les pharmaciens et les sages-femmes dans le processus. Le gouvernement ne les y a toutefois pas encore autorisés.