En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

26% des Français refuseraient un vaccin anti-Covid 19

Selon une étude récente, un quart de la population ne souhaiterait pas bénéficier d’un vaccin contre le coronavirus, si celui-ci venait à être découvert et mis en place.

vaccin

Actuellement, les laboratoires de nombreux pays sont sur le pied de guerre pour dénicher un remède contre le Covid-19. Cependant, une telle découverte ne plairait pas à tous, selon un sondage réalisé récemment. En effet, la revue scientifique britannique The Lancet a publié les résultats de cette étude, et 26% des Français refuseraient un vaccin contre le coronavirus.

Des différences sont notables au niveau des tranches d’âge. Selon les auteurs de l’étude, les personnes âgées de plus de 75 ans, qui sont les profils à risque pendant la pandémie, font partie des plus confiantes dans le vaccin et la recherche. Seuls 22% d’entre elles refuseraient un vaccin. Par contre, 36% des femmes âgées de 18 à 35 ans se disent opposées au vaccin. Selon les chercheurs, cela est inquiétant dans la mesure où elles ont « un rôle crucial concernant la vaccination des enfants ».

Quels sont les vaccins obligatoires et recommandés en France ?
Lire l'article

Les abstentionnistes seraient hostiles aux vaccins

Les orientations politiques ont aussi été comptabilisées. En majorité, les abstentionnistes sont les plus hostiles aux vaccins, devant les électeurs de gauche (Mélenchon, Poutou, Arthaud) et ceux de droite (Le Pen, Dupont-Aignan, Asselineau, Lassalle). Les défenseurs du gouvernement actuel ou des précédents, eux, seraient bien plus favorables à la vaccination.

Le sondage révèle aussi des écarts selon les revenus. 37% des personnes à revenus modestes seraient ainsi opposées à une campagne de vaccination, alors qu’elles seraient, selon The Lancet, « généralement davantage exposées au risque d’infection ». Pour remédier à la situation, le journal propose à l’Etat de bien plus insister dans sa communication.