Covid-19 : près de la moitié des Français ne compte pas se faire vacciner

En France, 46% de la population n’a pas l’intention de se faire vacciner contre le coronavirus. Les potentiels effets secondaires sur la santé et la précipitation des essais cliniques inquiètent.

vaccin

Lundi 9 novembre, Pfizer et BioNTech ont annoncé avoir développé un vaccin efficace à 90% contre le coronavirus selon des tests préliminaires. Une avancée qui pourrait stopper la progression du virus, mais encore faudrait-il que la population soit encline à se faire vacciner. Selon une étude Ipsos réalisée dans 15 pays et parue jeudi 5 novembre, 73% des sondés sont prêts à s’immuniser, contre 77% trois mois plus tôt.

Et c’est en France que les habitants sont les plus réticents. Un peu plus d’un Français sur deux (54%) accepterait de se faire vacciner, contre 59% en août dernier. La tendance est relativement similaire aux Etats-Unis (64%), en Espagne (64%) et en Italie (65%). A contrario, c’est en Asie que l’on trouve les pays où la population est la plus favorable au vaccin, notamment en Inde (87%), en Chine (85%) et en Corée du Sud (83%).

Les effets secondaires en question

Pourquoi les sondés se montrent-ils frileux à l’idée de se faire vacciner contre le coronavirus ? Les inquiétudes varient selon les pays, mais la question des potentiels effets secondaires revient souvent. En France, 32% des personnes interrogées qui refusent le vaccin déclarent s’en inquiéter et 35% jugent que les essais cliniques se déroulent de manière précipitée.

Les autorités sanitaires pourraient également se heurter à un problème de temporalité. Parmi les Français prêts à se faire vacciner, seuls 12% disent qu’ils le feront immédiatement, 38% déclarent qu’ils le feront en moins de 3 mois et 54% au cours de l’année. Dans ce cas de figure, un an après la commercialisation du vaccin, seul un peu plus d’1 Français sur 2 serait immunisé.