En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Covid-19 : près de la moitié des Français ne compte pas se faire vacciner

En France, 46% de la population n’a pas l’intention de se faire vacciner contre le coronavirus. Les potentiels effets secondaires sur la santé et la précipitation des essais cliniques inquiètent.

vaccin

Lundi 9 novembre, Pfizer et BioNTech ont annoncé avoir développé un vaccin efficace à 90% contre le coronavirus selon des tests préliminaires. Une avancée qui pourrait stopper la progression du virus, mais encore faudrait-il que la population soit encline à se faire vacciner. Selon une étude Ipsos réalisée dans 15 pays et parue jeudi 5 novembre, 73% des sondés sont prêts à s’immuniser, contre 77% trois mois plus tôt.

Et c’est en France que les habitants sont les plus réticents. Un peu plus d’un Français sur deux (54%) accepterait de se faire vacciner, contre 59% en août dernier. La tendance est relativement similaire aux Etats-Unis (64%), en Espagne (64%) et en Italie (65%). A contrario, c’est en Asie que l’on trouve les pays où la population est la plus favorable au vaccin, notamment en Inde (87%), en Chine (85%) et en Corée du Sud (83%).

Les effets secondaires en question

Pourquoi les sondés se montrent-ils frileux à l’idée de se faire vacciner contre le coronavirus ? Les inquiétudes varient selon les pays, mais la question des potentiels effets secondaires revient souvent. En France, 32% des personnes interrogées qui refusent le vaccin déclarent s’en inquiéter et 35% jugent que les essais cliniques se déroulent de manière précipitée.

Les autorités sanitaires pourraient également se heurter à un problème de temporalité. Parmi les Français prêts à se faire vacciner, seuls 12% disent qu’ils le feront immédiatement, 38% déclarent qu’ils le feront en moins de 3 mois et 54% au cours de l’année. Dans ce cas de figure, un an après la commercialisation du vaccin, seul un peu plus d’1 Français sur 2 serait immunisé.