En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Vaccins obligatoires : la clause d’exemption déjà sur la sellette ?

La clause d’exemption imaginée par le ministère de la Santé pour permettre aux parents de ne pas faire vacciner leurs enfants avec les 8 nouveaux vaccins obligatoires pourrait déjà être menacée, avant même d’être instaurée.

vaccin obligatoire enfant

L’ajout de 8 nouveaux vaccins à la liste des vaccins obligatoires pour les enfants continue de créer le débat. Alors qu’au mois de juillet le gouvernement mentionnait la possible mise en place d’une clause d’exemption pour ces nouveaux vaccins, la ministre de la Santé Agnès Buzyn pourrait revenir dessus si trop de parents décidaient d’y avoir recours.

« Les familles des enfants non-vaccinés pensent qu’ils sont protégés des épidémies, parce que les enfants des autres sont eux vaccinés, et empêchent l’émergence des maladies. C’est un impératif de santé publique de vacciner tous les enfants », intervenait Agnès Buzyn le 26 juillet sur France 2.

Une porte ouverte qui doit rester peu empruntée

Le président de la concertation citoyenne sur la vaccination Alain Fischer explique que « pour des maladies très contagieuses comme la rougeole, il faut une couverture à 95%. Aujourd’hui elle est à 78%. La clause ne peut donc être qu’une porte ouverte, pas trop empruntée ». Si un grand nombre de parents venaient à invoquer la clause d’exemption, le dispositif pourrait ainsi avoir des effets néfastes sur la santé publique.

A quoi correspond la « clause d’exemption » ?

Les parents refusant de soumettre leurs enfants aux 8 nouveaux vaccins obligatoires pourraient être exemptés de cette obligation en engageant, par écrit, leur responsabilité civile en cas de contamination d’autres enfants par le leur. Leurs enfants pourraient également être interdits d’inscription en crèche.