En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Grippe : les pharmaciens demandent à pouvoir vacciner davantage d’adultes

Les pharmaciens demandent à pouvoir vacciner plus d’adultes contre la grippe. Le but : améliorer la couverture vaccinale en période de crise sanitaire.

Vacciner davantage d’adultes contre la grippe pour améliorer la couverture vaccinale en période de crise sanitaire : c’est ce que demandent les pharmaciens. « Nous voulons étendre la vaccination aux adultes, même à ceux qui ne sont pas dans la cible », a indiqué Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) lors d’une conférence de presse.

Chaque année, la campagne de vaccination contre la grippe vise en priorité les seniors, les personnes atteintes d’une maladie chronique, les personnes obèses et les femmes enceintes. Ces personnes dites fragiles peuvent bénéficier d’un remboursement à 100% de leur vaccin anti-grippal par l’Assurance Maladie. Mais cette année, crise sanitaire oblige, les pharmaciens recommandent d’élargir les cibles et de pouvoir vacciner beaucoup plus d’adultes.

2 à 6 millions de personnes touchées par an

Pour les pharmaciens, la grippe doit être prise au sérieux. Elle touche chaque année entre 2 et 6 millions de personnes, génère beaucoup de passages aux urgences et cause 10 000 morts en moyenne. « Si on cumule grippe et Covid, c’est la panique », a alerté Gilles Bonnefond. D’autant plus que les adultes qui ne sont pas considérés comme fragiles côtoient des personnes fragiles, comme leurs parents par exemple. « S’ils se protègent, ils protègent leur famille », résume le président de l’USPO.

Selon ce dernier, les pouvoirs publics rechignent à élargir la vaccination à l’ensemble des adultes par peur de pénurie. Pourtant, « les industriels ont mis à peu près 20% de doses supplémentaires sur le marché français, c’est beaucoup », assure Gilles Bonnefond.