En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Vaccins : les Français parmi les plus sceptiques dans le monde

La France figure parmi les pays les plus sceptiques au sujet de la vaccination, d’après une étude récente. 1 personne interrogée sur 3 pense que les vaccins ne sont pas sûrs.

vaccin

Les Français et les vaccins, une histoire compliquée. Selon une étude de santé réalisée par Gallup (un institut de sondage américain) pour l’ONG médicale britannique Wellcome dans 144 pays, les Français sont les plus sceptiques au sujet de la vaccination. Dans l’Hexagone, 1 personne sur 3 pense que les vaccins ne sont pas sûrs et 1 personne sur 10 juge qu’il n’est pas important de vacciner les enfants.

Première du classement, la France est suivie par le Gabon, le Togo, la Russie et la Suisse dans cette attitude de méfiance. D’après l’étude, le manque de confiance envers les vaccins est plus commun dans les pays riches. Il s’agit d’un effet de « laisser-aller », pour les chercheurs de l’étude. Dans les pays pauvres, « il y a plus de maladies contagieuses », donc les « habitants voient ce qu’il se passe lorsqu’on est pas vacciné », tandis que dans les pays plus développés, « quand on est contaminé, on risque moins de mourir ».

La couverture vaccinale progresse

Si le sentiment anti-vaccin est fort en France, il faut tout de même noter qu’il ne se concrétise pas réellement dans la réalité. En effet, comme l’a annoncé le gouvernement il y a quelques mois, la couverture vaccinale est à la hausse et a progressé avec le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires en janvier 2018. Ainsi, 87% des enfants qui ont eu 1 an en 2018 sont vaccinés contre la rougeole.

Autre enseignement révélé par le rapport : dans les pays religieux, les populations ont davantage tendance à croire aux apports positifs de la science. « Plus il y a de gens qui se déclarent religieux dans un pays, moins il y a de gens dans ce pays qui croient que religion et science sont en opposition », explique Imran Khan, l’un des auteurs de l’étude.