En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : les vaccins obligatoires inspirent confiance aux Français

Un an après l’extension du nombre de vaccins obligatoires de 3 à 11, les premiers résultats sont tombés. Il semble que cette réforme de santé ait redonné confiance aux Français, avec une hausse sensible des vaccins contre l’hépatite B et le méningocoque C.

Il est obligatoire de vacciner les bébés contre onze maladies depuis 2018. Un an après cette mesure prise par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, les retombées sont positives. La couverture vaccinale a sensiblement progressé, ce qui montre un regain de confiance de la part des Français.

Le taux de vaccination des bébés contre le méningocoque C a progressé de 31%, tandis que celui contre l’hépatite B augmente de 8%. L’enquête a été menée auprès d’un millier de bébés. La confiance se voit aussi dans la pénurie inédite des vaccins contre la grippe constatée cet hiver dans les pharmacies.

Une obligation relative mais persuasive

Auparavant, seuls trois vaccins étaient obligatoires : diphtérie, tétanos et polio (DTP). La réforme de 2018 y ajoute plusieurs maladies comme la coqueluche, la rougeole et les oreillons. En cas de non-vaccination, les enfants ne pourront pas entrer en crèche et à l’école, ni même en colonie de vacances.

Cependant, la mesure ne prévoit aucune sanction si les parents refusent de vacciner leur bébé. Des résultats plus concrets seront donnés en 2021, lorsque les enfants concernés par cette obligation entreront dans le système scolaire.