En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Maladie de Lyme : le premier vaccin bientôt mis en vente ?

Après dix ans de recherche, la société française de biotechnologie Valneva pourrait prochainement commercialiser son vaccin contre la maladie de Lyme. Une avancée prometteuse pour contrer un fléau en pleine expansion.

maladie de lyme

Depuis quelques mois, la société Valneva, située à Nantes, travaille activement pour mettre au point un vaccin contre le Covid-19. C’est un autre vaccin qu’elle pourrait mettre sur le marché très prochainement : celui contre la maladie de Lyme, sur lequel elle travaille depuis 10 ans. L’entreprise a partagé le 22 juillet 2020 les résultats préliminaires de son essai clinique et celui que l’on nomme le VLA15 pourrait bien être le premier vaccin contre la bactérie Borrelia transmise par les tiques Ixodes.

C’est une excellente nouvelle puisqu’en France, 50 000 personnes sont atteintes chaque année par cette maladie à transmission vectorielle. La maladie de Lyme provoque chez les patients des troubles musculaires, neurologiques, ainsi que de la fatigue et des complications au niveau des articulations. Jusqu’alors, les médecins ne pouvaient que conseiller la prise d’antibiotiques. Cependant, l’expérience a montré que des formes dormantes de la maladie survivaient aux antibiotiques.

Une commercialisation sous cinq ans

Depuis fin avril 2020, la société Valneva s’est associée au géant américain Pfizer pour commercialiser son nouveau vaccin, qui semble efficace et sans effets secondaires. Comment fonctionne VLA15 ? Ce vaccin s’attaque à la surface externe de la protéine A sur la bactérie Borrelia. Ainsi, quand une tique s’accroche à une personne vaccinée, les anticorps vont se fixer sur la bactérie et la neutralisent dans l’intestin de la tique.  

Wolfgang Bender, directeur médical de Valneva, a exprimé sa joie : « Nous sommes extrêmement satisfaits de ces résultats qui confirment nos hypothèses initiales. Une fois les données complémentaires de phase 2 obtenus, nous déterminerons, un peu plus tard dans l’année, la dose et le schéma de vaccination finaux ». Une date de mise sur le marché est déjà avancée, ce serait pour l’année 2025 !