En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Maladie de Lyme : des nouveaux remèdes ont été trouvés

Une étude scientifique vient de démontrer l’efficacité de deux plantes contre la maladie de Lyme. La renouée du Japon et la quinine du Ghana seraient plus utiles que les antibiotiques.

maladie de lyme

Plusieurs chercheurs américains, membres de la John Bloomberg School of Public Health, ont mené des études pour trouver un remède à la borréliose de Lyme. Cette maladie bactérienne est transmise par une piqûre de tique infectée. Actuellement, les scientifiques connaissent peu de choses sur la maladie de Lyme et les médecins prescrivent aux patients un traitement à base d’antibiotiques.

Cependant, les antibiotiques ont largement démontré leurs limites. En plus de mettre à mal le microbiote du patient, ils ne parviennent pas à empêcher certains symptômes qui demeurent de manière « dormante ». Les chercheurs américains ont ainsi analysé plusieurs substances qui pourraient mieux soigner la maladie de Lyme.

Tiques et maladie de Lyme : comment se protéger ?
Lire l'article

Plus efficaces que les antibiotiques

Deux plantes ont montré leur efficacité. La renouée du Japon agit ainsi contre les bactéries, qui provoquent paludisme, tuberculose et hépatite. Un traitement de sept jours avec 1% de renouée du Japon suffit à éradiquer Lyme. La quinine du Ghana, elle, protège le système nerveux et le cœur, souvent attaqués dans les phases tardives de la maladie. Et d’autres plantes encore peuvent constituer de vrais remèdes.

« Cette étude fournit la première preuve convaincante que certaines des plantes utilisées par des patients tels que Cryptolepis, le noyer noir, l’armoise annuelle, la griffe de chat et la renouée japonaise ont une activité puissante contre les bactéries de la maladie de Lyme, en particulier les formes persistantes dormantes, qui ne sont pas éradiquées par les antibiotiques actuels », explique le docteur Ying Zhang, auteur de l’étude.