Qu’est-ce que le saturnisme ?

  • Jusqu'à 300 devis mutuelle comparés en 2 minutes
  • Jusqu’à 501 € d'économies* réalisées en comparant votre mutuelle santé !

Longtemps considérée comme une maladie professionnelle, le saturnisme est une maladie dangereuse résultant d’une exposition excessive au plomb. Cette intoxication nécessite une prise en charge rapide ainsi qu’un suivi médical pointilleux. Comment est-ce pris en charge ? Une indemnisation de la part des mutuelles santé est-elle possible ?

Le plomb est une matière toxique pour l’organisme. Lorsqu’il est ingéré ou inhalé, même à petites doses, il peut avoir des effets secondaires, parfois toxiques, sur notre santé.

Si certains dégâts du saturnisme peuvent être traités (anémie, troubles digestifs), mais d’autres sont irréversibles (atteintes du système nerveux). Il est essentiel de réagir rapidement afin d’accélérer la prise en charge de cette maladie.

Le saturnisme, une maladie à déclaration obligatoire

Depuis 2015, les autorités sanitaires ont abaissé le niveau de contamination au plomb. De ce fait, il est considéré qu’un risque de saturnisme existe dès lors que le seuil des 50 microgrammes par litre de sang est dépassé.

Cependant, le saturnisme fait l’objet d’une déclaration obligatoire dans le cas d’un enfant âgé de 18 ans ou moins.

Dès lors que le médecin généraliste ou spécialiste prescrit une plombémie (ou le taux de plomb présent dans le sang) à un enfant mineur, il doit remplir une fiche de surveillance, comportant les informations suivantes :

  • L’identité du prescripteur ;
  • L’identité de l’enfant ;
  • Les symptômes ayant conduit à la prescription de cette analyse biologique.

Si la plombémie est supérieure à 50 microgrammes par litre de sang, le praticien doit adresser au médecin de santé publique de l’ARS (l’Agence régionale de santé) le résultat du laboratoire afin de déclencher une déclaration obligatoire.

La prise en charge du saturnisme

L’intoxication au plomb pour les enfants de moins de 18 ans, ainsi que pour les femmes enceintes, est extrêmement dangereux. Une prise en charge rapide est nécessaire afin de réduire les effets secondaires et le risque de dégâts irréversibles.

L’ensemble des consultations et examens nécessaires au suivi du saturnisme sont pris en charge à 100% par la Sécurité sociale pour ces deux catégories de patients.

Des troubles, notamment de l’apprentissage et du développement de l’enfant, peuvent se développer suite à l’explosion au plomb. Dans ce cas, le patient mineur peut être pris en charge dans des établissements spécialisés comme un centre médico-psychologique (CMP) dont l’ensemble des consultations sont remboursées par la Sécurité sociale.

Le saturnisme, un danger pour les enfants et les femmes enceintes

Même si la prévalence du saturnisme a fortement diminué ces dernières années – grâce notamment à de nouvelles politiques de l’habitat, à la suppression de l’essence au plomb et à l’amélioration du traitement des eaux – plusieurs centaines de cas sont déclarés chaque année en France.

Les enfants sont particulièrement exposés en raison de leur propension à porter les objets à leur bouche. Et c’est justement pour eux que l’intoxication au plomb est critique. A petites doses, le saturnisme peut être responsable de troubles du langage et de retards physiques.

Par ailleurs, l’ingestion ou l’inhalation de plomb pendant la grossesse peut avoir de graves conséquences sur le fœtus : risque de fausse couche ou d’accouchement prématuré, troubles de la croissance, difficultés d’apprentissage durant la petite enfance.

Les facteurs de risque du saturnisme

Cette intoxication est principalement due à la présence de peintures à base de plomb dans les habitations construites avant 1949 ou de tuyaux de plomb contaminant l’eau du robinet.

L’Institut de veille sanitaire identifie quatre autres sources spécifiques d’intoxication au plomb:

  • Certains loisirs comme la fabrication de céramiques ou d’objets émaillés, la fabrication de munitions, la fabrication ou la mise à la portée des enfants de plombs de pêche, de soldats de plomb, de modèles réduits ou d’objets décoratifs comportant des pièces en plomb ou en alliage de plomb ou revêtues de plomb ;
  • La consommation d’aliments ou de boissons acides contenus dans des récipients artisanaux ou en cristal ;
  • L’utilisation de certains remèdes traditionnels ;
  • L’utilisation de certains cosmétiques traditionnels tels que khôl ou le surma ;
  • Le tabagisme passif, notamment lorsqu’on est exposé à la fumée de tabac dans un lieu clos.

Certains sites industriels émettant du plomb sont également à l’origine du saturnisme. Dans ce cas, le saturnisme peut être reconnu comme maladie professionnelle.

Cet article vous a-t-il été utile ?