Projet Predict : ces 887 virus qui menacent l’Homme

Une équipe de 400 scientifiques mène aujourd’hui une recherche pour estimer la probabilité d’une transmission entre les animaux et les humains de plus de 800 virus. Selon eux, des cousins du coronavirus nous ont peut-être déjà infectés.

virus transmission

Si l’année 2020 a été placée sous le signe du pangolin et de la chauve-souris, les années à venir pourraient bien voir se multiplier la transmission de virus entre les animaux et les humains. Pour prédire les risques futurs, une équipe de près de 400 chercheurs s’est constituée dans le cadre du programme de l’Usaid (agence américaine pour le développement international). Leur travail a été nommé « Projet Predict ».

La mission de ces scientifiques est de cataloguer 887 virus aujourd’hui limités aux animaux, de 25 familles virales différentes. Pour chaque virus, ils établissent un pourcentage de risque de transmission de l’animal à l’Homme. Cela dépend de différents facteurs pris en compte : nombre d’espèces hôtes, répartition géographique, l’écosystème dans lequel ces espèces vivent, capacité du virus à infecter les cellules humaines, fréquence des interactions entre les espèces et l’Homme ou encore sévérité de la maladie.

5 gestes à adopter pour éviter les virus
Lire l'article

Des nouveaux coronavirus frappent à la porte

Ainsi, un total de 32 facteurs de risque permet d’établir un indice de dangerosité. C’est à partir de cet indice que le classement des virus animaux les plus transmissibles et dangereux a été dressé. Le grand vainqueur de ce triste recensement est le Lassa Virus (fièvre de Lassa) qui selon les estimations a plus de 91% de chances d’être transmis aux humains (c’est déjà le cas dans plusieurs pays africains).

Les 12 premières pathologies du classement sont d’ailleurs déjà en circulation dans le monde humain. On y retrouve le Sars-COV-2, Ebola ou encore plusieurs virus encore régionaux. Cependant, les scientifiques alertent sur plusieurs virus encore cantonnés aux animaux qui s’avèrent très dangereux, comme le Betacoronavirus RP3, un cousin du Sars signalé à la 15e place et qui pourrait faire des dégâts. « Certains coronavirus nouvellement détectés ont peut-être déjà infecté l’Homme sans que l’on s’en aperçoive, faute de diagnostic ou de sous-déclaration », précisent les scientifiques.