En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Hauts-de-France : l’air redevient enfin pur !

En l’absence de pollution aux particules fines, surtout due à la circulation automobile, la qualité de l’air à Lille, Valenciennes et Calais s’est nettement améliorée. Une bonne nouvelle pour la santé.

La tendance a été remarquée partout en France : l’air est plus pur depuis le début du confinement. En limitant drastiquement les déplacements, le gouvernement a indirectement fait chuter la pollution dans les grandes villes. Dans le Nord, cette tendance est confirmée par des statistiques révélées par Atmo Hauts-de-France.

En effet, l’air contient bien moins de dioxyde d’azote qu’en temps normal. La diminution est particulièrement significative pour trois villes : Lille, Valenciennes et Calais (dans une moindre mesure). Dans la capitale régionale, le taux de dioxyde d’azote était de 30,7 microgrammes par mètre cube, le lundi 16 mars – il est passé à 8,6microg/m³, le lundi 23 mars.

Top 10 des villes les plus polluées de France
Lire l'article

Une qualité de l’air qui bat des records

Pour Lille, c’est une chute historique de la pollution ! A titre comparatif, en 2018, la concentration moyenne vacillait entre 25 et 30microg/m³, avec un pic à 37microg/m³, survenu le 19 mars 2018. L’année dernière, les pires taux de dioxyde d’azote dépassaient même les 40microg/m³. A Valenciennes, du 16 au 23 mars 2020, la concentration est passée de 27,7 à 12,1microg/m³, ce qui est également impressionnant.

La chute est moins marquée à Calais, pour la simple et bonne raison que la ville portuaire est moins polluée en temps normal. Là-bas, le taux de dioxyde d’azote présent dans l’air est passé de 17,5 à 12,2microg/m³ sur la même semaine. En Île-de-France également, des records sont battus : la qualité atmosphérique n’a pas été aussi bonne depuis 40 ans ! Une bonne nouvelle pour les personnes victimes de maladies respiratoires.