En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les masques de catégorie 1 obligatoires à l’école à partir du 8 février

Depuis le lundi 8 février, les élèves de primaire, collège et lycée doivent porter un masque de catégorie 1 dans leur établissement scolaire. Une mesure de santé pour limiter la propagation du virus et de ses variants.

masque ecole eleve

A partir de ce lundi 8 février, les élèves du primaire au lycée doivent obligatoirement porter des masques de catégorie 1 au sein de leur établissement scolaire. Le gouvernement a pris cette décision à la suite des nouvelles recommandations sanitaires. Le but : limiter les risques de contamination alors que le variant britannique, très contagieux, se propage actuellement en France.

Pour rappel, les masques de catégorie 1 sont les plus protecteurs face au virus, puisqu’ils filtrent plus de 90% des particules. Ces masques sont reconnaissables à un logo dédié, qui indique le nombre de lavages possibles et le taux de filtration. Les masques de catégorie 1 diffèrent toutefois des masques chirurgicaux et des masques FFP2, plus protecteurs encore.

En cas de non-respect

Que se passera-t-il si les élèves ne portent pas les masques désormais obligatoires ? Les établissements scolaires doivent définir leur propre ligne de conduite, rapporte Le Parisien. Ils n’ont reçu « aucune consigne officielle », selon Bruno Bobkiewicz, proviseur de la cité scolaire Hector-Berlioz à Vincennes et secrétaire national du SNPDEN-UNSA, le Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale.

Une certaine tolérance devrait être observée ce lundi. « Le seul moyen d’empêcher un élève d’entrer dans l’école avec un masque non conforme, c’est de lui en tendre un. On a un peu de stock, mais on ne va pas tenir éternellement », a expliqué Bruno Bobkiewicz. Le secrétaire du SNPDEN-UNSA a également pointé du doigt la difficulté des contrôles. « Objectivement, je ne sais pas comment on va faire pour distinguer un masque artisanal et un masque de catégorie 1 du commerce avec un motif… La nuance est faible ».