Pollution : une hausse des consultations pour pathologies respiratoires

 

Des équipes de l’AP-HP mènent depuis plusieurs années des travaux pour mieux connaître les conséquences sanitaires de la pollution. Selon l’étude, les consultations aux urgences pour pathologies respiratoires ont augmenté depuis fin novembre.

Consultation pédiatrique

Après le plus grand épisode hivernal de pollution depuis au moins 10 ans, les urgences pédiatriques ont connu une nette augmentation des consultations, selon l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Entre le 30 novembre et le 7 décembre, 2 045 patients de moins de 18 ans ont été reçus pour des pathologies respiratoires contre 1 516 pour la même période 2015. L’AP-HP reste tout de même prudente, elle précise que ces données sont difficiles à interpréter, notamment en raison de virus, comme la bronchiolite, présent à la même époque.

Plus de diagnostiques d’asthme en période de pollution

Sur près de 1,3 millions de patients recensés sur cette période, plus de 47 000 concernent des cas d’asthme. L’équipe de pédiatre de l’AP-HP a constaté que le nombre de ces diagnostiques augmente lorsque le taux de particules ultrafines dans l’air augmente : « une augmentation potentielle de 50% des diagnostics d’asthme entre 0 et 25 microg/m3 de particules ultrafines PM2.5 dans l’air », explique l’étude.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres